La vie secrète de Daisy Lewis

La vie d’un écrivain fantôme ne cesse de me bouleverser, surtout l’été

Chaque jour apporte son lot de surprises, de bonheur et parfois aussi de déception, mais qu’importe c’est ma vie avec ses joies et ses peines comme le chante le grand poète madrilène Julio José Iglesias de la Cueva.

En ce moment par exemple, c’est particulièrement intense.

Je n’écris rien.

Pas un mot, pas une phrase. Rien. Le vide astral.

Pourquoi ?

Pour une raison toute simple et naïve : c’est l’été. Et l’été, c’est le temps des vacances, de la lecture et du farniente. Et surtout, mes enfants sont à la maison — c’est-à-dire au bureau — à 100 %. Un des plus grands mystères inexpliqués et incompris de la Nature est que les enfants ont cette capacité biologique d’aspirer l’énergie et le temps de leurs parents sans effort apparent. Ils sont comme des trous noirs ambulants,avec du son en plus.

Je me lève avec des choses à faire, je me couche avec des courbatures et la sensation étrange de n’avoir rien fait de ce que j’avais prévu.

Du coup, je réalise, non sans effroi, que je suis plus cyclique que la Lune et que j’ai du faire une véritable révolution sur moi-même pour écrire ce post.

Je commence un projet de légende en automne, écrit comme un singe en hiver, Au  printemps je suis sure qu’une étoile est née (ce cycle ne dure pas longtemps généralement). L’été, c’est le gendarme et les extra-terrestres. Après la rentrée, je recommence un nouveau projet. Cela ne finit jamais car j’en suis toujours au même point, à la virgule près.

Enfin, tout ça pour vous dire que vous risquez d’avoir souvent des intermèdes musicaux sur le blog pendant les semaines qui suivent.

— N’as-tu pas honte Daisy Lewis de faire porter le sombrero de ta procrastination estivale à tes enfants certes bruyants, mais innocents ?

Même pas une infime particule de remords.

Daisy Lewis


 

 

 


Mots-clefs :,

4 Réponses à “La vie d’un écrivain fantôme ne cesse de me bouleverser, surtout l’été”

  1. Le 26 juin 2012 à 1:33 alexisbrunet a répondu avec... #

    Eh bien pourquoi dire que vous n’écrivez rien, madame Daisy ? Ce « post » tend à nous démontrer le contraire. Et je ne pense pas que l’Eté vous poussera à moins écrire. Continuez.

    Dernière publication sur Actualités, Opinions, Lecture et présentation de mes ouvrages de fiction. : La garçonnière (Hélène Gremillon)

  2. Le 26 juin 2012 à 3:48 elletoutepetite a répondu avec... #

    Voilà un point que je partage avec vous. Certes je n’ai pas d’enfant, mais l’été je n’arrive point à rédiger une seule phrase, rien.
    Je ne sais pourquoi, ni comment l’expliquer. Les mots ne sortent pas, alors comme à chaque fois je me mets au dessin, et là tout est différent, ma main se dirige toute seule sur le papier et cela donne des formes abstraites; Alors je me pose une question: Qu’aurait pu être ces courbes si elles auraient été des lettres?

    Maud.

    Dernière publication sur Elletoutepetite : L'horloge de la vie.

  3. Le 26 juin 2012 à 7:54 Daisy Lewis a répondu avec... #

    Quelle chance de dessiner ! C’est un talent que je n’ai pas.
    L’été nous charme plus que l’on ne veut le croire ! Nous passons plus de temps dehors. C’est le temps des grandes réunions de familles, d’amis, d’inconnus qui se retrouvent le temps d’une fête ou d’un spectacle. Peut-être que nous n’écrivons pas, mais nous faisons la récolte d’idées, de sensations, d’émotions pour les longues soirées froides de l’hiver en col roulé.
    À moins que pour moi, cela soit la saison de la procrastination en liberté.
    Merci de votre visite.
    DL

  4. Le 26 juin 2012 à 8:06 Daisy Lewis a répondu avec... #

    Merci Alexis pour vos encouragements. Je vais tenter de continuer, mais l’été mon écriture est plus sporadique. Je vais m’accrocher et persister mollement, je me connais.
    Bonne continuation à vous dans votre écriture et je vous souhaite beaucoup de succès avec vos livres.
    DL

Ajouter votre réponse

professeur.de.français |
billierose |
collegiens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pensèmes
| kostathefaine
| "A chacun son chat"